Nuages noctiluques

Classé dans : Histoire, Nuagerie, Nuages | 0

Tintin et les noctiluques.

Ces nuages noctiluques restent un mystère.

 

Ils se singularisent par le fait de naviguer très haut dans le ciel dans un environnement à très basse température.

 

Perchés à plus de 50km à 90km au dessus de nos têtes, ils sont peu visibles et ne s’aperçoivent qu’en été, aux abords des 50éme parallèles à nuit tombée, éclairés par le soleil disparu de l’horizon et passé de l’autre côté. A ces altitudes les températures sont de l’ordre de -125°, de plus, selon la NASA, l’air y est d’une sécheresse extrême (environnement tout à fait paradoxal pour un nuage).

 

 

 

hervey, digigraphie, nuagerie, l'au-delà
Hervey « L’eau-delà » Série Nuagerie

 

Bizarrement on a découvert les nuages noctiluques à l’occasion de la gigantesque irruption du Krakatoa (Indonésie) en 1883.
Suite à cette importante explosion volcanique, un immense nuage de poussières visible sur tout le pourtour de la planète obstrua la lumière du soleil créant un réel sujet d’inquiétude généralisé. Plus question de regarder où mettre les pieds, le moment était venu de lever la tête pour observer le ciel et … découvrir avec surprise là-bas, très haut, pour la première fois ces nuages noctiluques … et de penser logiquement en suivant le rapport de cause à effet que ces particules de poussières volcaniques étaient à l’origine de la formation de ces nuages montés à très hautes altitudes (on ne sait comment) mais toujours, pensait-on, suivant le principe du noyau fixant les gouttelettes d’eau dans la formation du nuage.
Depuis ce temps, on ne cesse de les observer.
Non seulement, ils n’ont pas disparu mais ils ont pris un peu plus de place au sommet de la mésosphère.
Forcément on se pose des questions…
Etaient-ils là avant l’irruption du Krakatoa ? Auquel cas, ces nuages noctiluques pourraient bien être constitués de poussières d’étoiles ?
Mais alors, comment expliquer leur prolifération ? Et comment un nuage peut-il grandir dans un espace sans humidité aucune ?
Sa constitution ne serait-elle pas due tout simplement à l’effet de serre, à cet échauffement de la planète ayant pour origine notre pollution humaine ?

« Tintin et les noctiluques » est bien l’album qui manque à la collection du maître belge et nous sommes bien démunis pour comprendre et expliquer la présence de ce lointain nuage.

Les questions restent ouvertes, des mystères demeurent mais les risques mesurés sont alarmants.

De loin en loin cela valait bien un post-it !

 

 

 

Photo Alan Tough – National Geographic – Nuages noctiluques

 

Dans la série consacrée à l’histoire des nuages, vous pouvez consulter :

Le nuage en peinture.

Nuages jupitériens.

Nuages de condensation.

Le nuage et le militaire.

Nuages hors normes.

Nuée musicale.