Nuagerie – Le voyage

Classé dans : Nuagerie, Nuages | 2

Nuagerie

« Le voyage »

« Une suite d’images construites en prenant le nuage, les nuées comme vecteur de créativité plastique. Thème baudelairien, impressionniste ou chinois, le nuage toujours changeant jamais le même est un élément essentiel dans le ciel de Bourgogne (et pas seulement) qu’il traverse d’ouest en est chaque jour. »

 

hervey, digigraphie, nuagerie, le voyage

 

Hamlet : – Voyez-vous ce nuage là-bas qui a presque la forme d’un chameau ?

Polonius : – Par la messe, on croirait un chameau, c’est vrai.

Hamlet : – Il semble pareil à une belette.

Polonius : – Il a bien le dos d’une belette.

Hamlet : – Ou d’une baleine ?

Polonius : – Oui, tout à fait la baleine.

 

William Shakespeare Hamlet

 

Gravure digigraphique disponible en boutique.

2 Responses

  1. marie thérèse Péroz Blaise

    Paroles des puissants ,obséquiosités des courtisans ,hélas ,les mots ont pu changer ,les comparaisons s’adapter au siècle ,la courbure de l’échine devant le pouvoir offre le même profil de la contrefaçon ,de la « caricature » (mot à la mode) d’un humain difforme ,avide de plaire au puissant du moment .
    Hélas ,pauvre Hamlet ,faible ,influençable jusqu’au crime ,toute raison critique abdiquée .
    Essayons de ne pas confondre un coucou et un aigle .

    • Hervey

      Oui, ici c’est Polonius qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne se montre pas contrariant un peu à l’image de ces trop nombreux journalistes qui perroquettent à qui mieux-mieux d’un perchoir à l’autre l’information… Sinon, petite anecdote, l’image intitulée LE VOYAGE vient d’un fait-divers personnel. Me déplaçant en voiture sur de longues distances, je suis tombé plusieurs fois en panne sans pouvoir repartir et au moment où ça se passe c’est toujours très contrariant. On pense alors à tout ceux qui traversent le désert pour se rendre en Europe et tout de suite ça relativise les ennuis mécaniques. Un genre de vernis esthétisant recouvre cette dramaturgie (ici sur l’image) et donc le drame de la traversée n’est pas perceptible. J’indique cette anecdote pour soulever le voile.

Les commentaires sont fermés.