Livre : La forêt ivre de Gérald Durrell

Classé dans : Un jour un livre | 0

Un jour un livre : « La forêt ivre » de Gérald Durrell (1925-1995)

Récit des aventures d’un naturaliste anglais, biologiste et écrivain Gérald Durrell et sa femme Jacquie dans cette Amérique du Sud des années 1950 (Argentine et Paraguay) à la recherche d’animaux spécifiques vivant dans ces contrées, à fin de constituer un meilleur inventaire de cette diversité du vivant et les accueillir dans le « Wildlife Conservation Trust« , zoo de Jersey dans la Manche.

Tamanoir
Tamanoir
Geai à chapeau
Geai à chapeau
Crapaud cornu
Crapaud cornu
Tatou
Tatou
Anaconda
Anaconda
Rheas de la Pampa
Rhea de la Pampa ou nandou
Seriema d'Argentine
Seriema d’Argentine
Toucan
Toucan
Grenouille Budgett
Grenouille Budgett
Ibis
Ibis
Pluvier doré
Pluvier doré
Coucou guira
Coucou guira
Fournier d'Argentine
Fournier d’Argentine
Gauchos chassant le Rheas
Gaucho chassant le rhea

Un tamanoir, un toucan, un geai à chapeau, une grenouille Budgett, un crapaud cornu, un ibis, un tatou, un pluvier doré, un anaconda, un coucou guira, un rhea, un seriema, un fournier … autant de petites bêtes et de drôles d’oiseaux que nos aventuriers sont allés chercher dans la pampa aride non loin de Buenos Aires et dans la forêt du Chaco, morceau de l’Amazonie en territoire paraguayen, pour les ramener ensuite par avion en bagages accompagnés vers l’Angleterre.
« Partout les palmiers se penchaient paresseusement, et les épineux s’enroulaient autour d’eux en une étreinte enivrée; des fleurs élégantes voisinaient avec des cactées mal rasées, et partout les palos bourraches pansus, tels des buveurs de bière, formaient avec le sol un angle inquiétant. Au milieu de cette ivresse florale, les petits oiseaux, en plastron immaculé, s’affairaient comme des garçons de café. »

Pour mener à bien pareille équipée, il faut des aides, des contacts, des gens de confiance, pour tout dire de vrais amis et c’est autant de portraits savoureux de personnages bigarrés croqués avec une saveur toute British. Entendu que l’observation et la bienveillance envers les animaux sont les seuls comportements qui vaillent, il va de soi que les êtres humains font aussi parti de ce respect du vivant et sont vus avec bienveillance mais la critique n’est pas pour autant lettre morte et, vient piquer comme la moustique femelle, là où il faut, pour nous livrer quelques portraits inoubliables : Elisabeth la jolie dormeuse blonde, le toujours souriant diplomate anglais Gibbs, la merveilleuse portègne Débita Ferreyra, l’employée de maison modèle Paula mais aussi dame patronnesses incontestée du bordel voisin, le jeune candide aide de camp Raphael
Et c’est tout en douceur que l’on va glisser vers cette autre compagnie qui retient l’attention du naturaliste en leur donnant de petits noms :
« – Comment allons nous l’appeler ? demandais-je à Jacquie…
– Que penserais-tu de Sarah ? Elle ressemble à une Sarah que je connais. Elle sera Sarah Huggersack.
Ainsi Sarah, personnalité charmante – une des plus attachante que j’aie jamais rencontrées – entra dans notre vie. Sarah n’était pas le premier tamanoir que je connaissais; j’en avais déjà capturé au cours d’un voyage en Guinée anglaise, mais je dois dire que ces animaux ne n’avaient pas paru doués d’une intelligence exceptionnellement brillante. Avec Sarah, je devais changer mon point de vue. »

Pour les déplacements, les moyens de locomotion sont variés, à pieds, à cheval, en charrette, en car, en voiture, en avion, en pirogue, en bateau et sans assurance …
De ce voyage, Gerald Durrell aura aussi ramené photos et documents filmés, notamment une chasse à la capture de rheas (ou nandous) menée par des gauchos prestement décrite dans le livre :
« Galopant de tous les côtés, les péons s’évertuaient à les tenir rassemblés et à les refouler. Les boleadoras étaient prêts à entrer en action. Je pouvais voir d’où j’étais, les boules briller au bout des longues cordes que les péons faisaient tourner au dessus de leur tête. Changeant de direction, les nandous couraient maintenant vers nous, et les péons, avec des cris de victoire, tournèrent et suivirent au grand galop. Je rendis les jumelles à Jacquier, et retournai auprès de la caméra …« 

Le grand Chaco est une immense région de plus de 100 millions d’hectares, à cheval sur l’Argentine, le Brésil, la Bolivie et le Paraguay, la plus grande forêt sèche après l’Amazonie. Un territoire où vivent de nombreuses communautés indigènes, encore chasseurs cueilleurs pour certaines, vaste espace abritant une grande bio-diversité, mais aussi le lieu choisi (depuis quelques années) par de grandes entreprises américaines venues bruler et raser pour faire du soja génétiquement modifié, et avec lui, l’entrée en force de polluants, pesticides et autres glyphosates*.
L’Europe est derrière en embuscade, cliente de poids puisqu’elle importe 97% de soja pour nourrir ses élevages de poulets …
En 2016 l’Europe à importé près de 28 millions de tonnes de soja d’Amérique latine.
Selon la revue Sciences, plus de 3 milliards d’oiseaux auraient disparu depuis une cinquantaine d’années en Amérique du Nord. On imagine le désarroi du biologiste écrivain (décédé en 1995) s’il devait être confronté à notre époque et ces données.

Il faut saluer ici, à nouveau un autre livre miroir, qui comme Colline de Jean Giono nous relie au réel, à cette nature oubliée qui nous revient aujourd’hui tel un boomerang, pointant notre méchant hubris toujours EN MARCHE, jusqu’à la suffocation.
Aux dernières nouvelles et faisant suite à la marche mondiale pour le climat du 21 septembre, nous apprenons qu’un collectif d’enfants (Greta Thunberg) soutenu par l’UNICEF et un cabinet d’avocats viennent d’intenter un procès à une poignée de pays dont la France pour ne pas avoir tenu leurs engagements dans la lutte contre les dérèglements climatiques.
Nul doute, Gérald Durrell, juché tout là-haut sur un petit nuage applaudit en souriant.

Gérald Durrell est le frère cadet de Lawrence Durrell.

*Important document photos en fichier .pdf sur cette déforestation.

Suivre Hervey:

peintre sculpteur graveur

Peintre - sculpteur - graveur