Inferno : canto 28

Classé dans : Illustration pour l'Enfer | 1

Feuilleton : L’Enfer chant 28

Neuvième bolge, le coin des écorchés. Les mal-disants et faiseurs de discordes. Mahomet, Ali et quelques autres.

Ames sensibles s’abstenir, prévient Dante. Les images qu’il rapporte de cette vallée aux horreurs du neuvième bolge sont des plus saignantes. Une prison sous-terraine où tournent sans fin les prévenus, condamnés à être dépecés, écorchés, éventrés, mutilés. Un drôle de camps où le capo du diable, maniant le sabre avec dextérité, éventre ici pour sortir les tripes et voir de prés battre un coeur, ouvre une figure par le milieu comme une fermeture éclair. Faut avoir l’estomac solide. Le spectacle est permanent, les plaies béantes se refermant le temps que le condamné repasse devant son boucher, dans une ronde sans fin, qui, à nouveau ouvre et tranche au fil de l’épée les infortunés.
Un sort peu enviable pour tous ces mauvais conseilleurs qui rappelle la noirceur de l’âme humaine, les horreurs de l’inquisition et autres sévices infligées aux hérétiques lors des croisades déclenchées par Rome avec le soutien du bras armé des princes et des rois (croisades dites des Albigeois).
Fort heureusement l’extravagance du YouTuber Dante déplace et fait basculer dans le dubitatif et le presque comique ce qui devait s’inscrire dans cette vision de l’épouvantable tragédie des guerres civiles de son temps.
Enfant, j’avais une grand-mère qui nous contait le soir venu avant d’aller aux plumes des histoires à faire peur… mais, le soir suivant, on attendait la suite, à l’écoute malgré les cauchemars et les mauvais rêves que suscitaient ces histoires. Ici l’exhibitionnisme des réprouvés rend l’épouvante irréelle tout en prévenant de l’horreur possible et de l’impensable.
Ces deux hommes coupés en deux sont Mahomet et Ali, ainsi punis pour avoir divisé le monde musulman entre chiites et sunnites (division qui perdure en 2019 et se manifeste en territoire yéménite).
Dolcino Tornielli di Novara est un chef de secte comme il en existait dans l’Europe des douze et treizième siècle. Considéré comme hérétique, objet d’une croisade dans la région de Parme, menée par le pape Clément V, condamné au bucher, il sera selon l’expression brulé vif en 1307.
S’il est un départ de feu qu’il faut conter, c’est bien cette autre peccadille au tout début entre deux familles de Florence concernant la rupture d’un contrat de mariage entre les Lamberti et les Buondelmonti, un affront qui méritait la mort de l’avis du patriarche Mosca dei Lamberti. Conseil suivi de son exécution. Cet assassinat relança la guerre entre gibelins et guelfes. Pas moins.
Dans la bolge, parmi les réprouvés, se tient un autre contemporain de Dante, Pier da Medecina qui défraya la chronique des faits divers (semble-t-il) en champion de la discorde, particulièrement doué pour dresser les bolonais les uns contre les autres. Suit le troubadour et seigneur occitan Bertrand de Born, l’homme sans tête des gravures de Gustave Doré, qui sema la zizanie entre le roi d’Angleterre Henri II et son fils Henri III.

La devise « diviser pour régner » n’est pas en odeur de sainteté dans cette neuvième bolge.

Hervey, Illustration pour l'Enfer  Chant 28


Perch’ io parti’ cosi giunte persone,

partito porto il mio cerebro, lasso!,

dal suo principio ch’é in questo troncone.

Pour avoir coupé de ces êtres l’union,

je porte mon cerveau, hélas, coupé

de son point de départ qui est dans ce tronc.*


*Traduction Daniéle Robert

Episode précédant.

Suivre Hervey:

peintre sculpteur graveur

Peintre - sculpteur - graveur