Bien peigné

Classé dans : Déclinaisons | 1

hervey, déclinaisons, gravure numérique, bien peigné

(Gravure numérique tirée à 4 exemplaires sur papier tecco FineArt Rag 295 g/m2)

« Bien peigné, bien coiffé… »

 

Bien peigné, bien coiffé, voilà un principe avec lequel on ne badinait pas, il y a peu encore, si l’on était livré au regard d’autrui, j’entends, pris dans des circonstances particulières, par exemple fragilisé par la recherche d’un emploi.
Pour éviter d’être toisé de haut en bas, il faudrait encore ajouter : cravate bien mise, pantalon repassé, chaussures cirées … plus la liste pointilleuse et non écrite des bonnes manières qui vont avec, que l’on soit du sexe masculin ou féminin, toujours à géométrie variable selon les situations et le milieu dans lequel on évolue.
On peut encore observer ce manège, tellement banal qu’il peut passer inaperçu, même si chacun sait bien que les apparences sont trompeuses et sans garanties liées mais cela rassure.
On peut aussi constater que ces codes, ces représentations évoluent selon des critères impossibles à prévoir, poussés par des forces mystérieuses chauffant le chaudron social, malaxés par les modes qui cherchent à traduire et anticiper cette consommation d’images représentatives, fabriquant des comportements nouveaux et de facto, de nouvelles convenances.
Changements visibles au sein des jeunes startups qui s’émancipent des codes classiques et s’en distinguent en créant de nouveaux comportements et de nouvelles représentations, que les débusqueurs de tendances suivent et naviguant au plus près manipulent avec soins.
Cette DECLINAISON attire l’attention sur cette fabrication d’images dans ce monde qui change et s’affronte,
Du pain béni pour les sociologues.

 

 

 

Gravure disponible en boutique.

Suivre Hervey:

peintre sculpteur graveur

Peintre - sculpteur - graveur

  1. marie thérèse Péroz Blaise

    Il est frappant de constater que la mode est au « décoiffé »,d’une telle complexité que les coiffures sages d’autrefois étaient simples à réaliser, alors qu’il n’est que de regarder passer des jeunes filles et des garçons dans la rue pour être saisi d’admiration devant les savantes élaborations capillaires des 15-25 ans et parfois au-delà. Sasoon, l’Anglais qui a inventé la coupe asymétrique vers 1965 est un classique maintenant.