Au quotidien

Classé dans : Déclinaisons | 1

hervey, déclinaisons, gravure numérique, au quotidien

(Gravure numérique tirée à 4 exemplaires sur papier tecco FineArt Rag 295 g/m2)

« Au quotidien »

 

Habituellement le quotidien n’a pas bonne presse parce que banal et répétitif. Je ne m’en suis jamais plaint, tout banal qu’il soit, d’ailleurs, banal il n’est pas.
Petit clin d’oeil, Le Diplo n’est pas un quotidien. Depuis quelques années je le consulte sur écran. Un des rares à ne pas être subventionné.
Depuis très longtemps j’utilise une palette en carton que je découpe aux dimensions souhaitées. C’est facile à faire et très économique. Je l’utilise ainsi plusieurs années jusqu’à ce qu’elle soit devenue trop lourde et trop chargée en matière. Je suis toutefois amené à en changer au bout de 7 ou 8 ans, ça crée des liens.
Le PQ, c’est toute une histoire. Il faut lire Eric Orsenna « Sur la route du papier » où l’on découvre que sa fabrication fait appel aux technologies les plus innovantes. Bientôt un brevet pour choisir son PQ.
Quant à mon chat, celui de l’image, il fut mais n’est plus, mort et enterré, écrasé par une voiture. Deux années plus tard, le destin nous a offert un autre mistigri, découvert un beau matin dans le jardin avec une patte cassée. La véto chez qui nous l’avons amené nous a dit qu’il était trop tard pour l’opérer et espérer remettre cette patte en l’état.
Rassurez-vous, il va bien et poursuit son petit bonhomme de chemin, clopin clopan.

 

 

Gravure disponible en boutique.

  1. marie thérèse Péroz Blaise

    L e quotidien, j’aime bien. N’étant qu’une terrienne parmi sept milliards d’autres, sur une planète de quatre milliards et demi environ d’âge, je savoure le quotidien, la banalité du quotidien. Ma toute petite vie n’est importante que par ses rites quotidiens; la répétition donne une épaisseur, une durée, à ce moment de vie qui étire une histoire insignifiante, minuscule. L’art, exclusivement, donne un goût d’éternité à une quelconque vie humaine.

Les commentaires sont fermés.