Inferno : Canto 24

Classé dans : Illustration pour l'Enfer | 1


Feuilleton – L’Enfer : Chant 24

Virgile et Dante, histoires et destins communs. L’ascension comme image et métaphore. Figure de l’écrivain engagé. La bolge des voleurs.


Pour le lecteur attentif, le chant 24 est une pétillante source d’informations. Depuis le chant 2, nous savons que Béatrice a chargé Virgile d’accompagner et de guider Dante dans cette traversée de l’enfer; à ce titre, Dante a pour Virgile le plus grand respect, mais ici, dés les premières notes du chant 24, s’élève une petite musique nous rappelant d’autres liens existants entre Virgile et Dante. Du texte s’élève une mélodie venant des Bucoliques et des Géorgiques. Cette petite musique vient nous rappeler des parcours et des expériences communes entre les deux hommes par delà les siècles. Les dangers, les conflits, les incertitudes qui menaçaient la société romaine au temps de Virgile résonnent d’une pareille violence dans l’Italie et l’Europe de Dante. Ce jeu de miroir aux multiples facettes vient percuter ces temps qui sont les nôtres et en souligner les échos.
Nous aussi, en 2019, ne sommes-nous pas spectateurs et acteurs d’un monde qui se meurt sans que l’on puisse discerner celui qui vient et devrait le remplacer ?

A cet instant du chant 24, Virgile, le guide, celui qui marchait en tête, va initier Dante à l’escalade et l’invite à passer devant pour franchir une parois rocheuse.
La pratique de l’escalade n’était pas chose courante à cette époque.
En 1335, Pétrarque, presque contemporain de Dante, relatait dans une correspondance, son ascension du Mont Ventoux (ô moun païs) montrant le côté exceptionnel pour l’époque d’une telle entreprise. Ici (au chant 24 de l’Enfer) cette ascension revêt une symbolique toute particulière. Dante avec les mots de Virgile évoque l’engagement, ce mouvement personnel, rude et courageux, nécessaire au poète s’il veut parvenir à s’élever et franchir le mur du temps :

« car sur un lit de plumes ou dans la soie toute gloire est exclue,
sans laquelle chacun sa vie consume, ne laissant de soi
sur terre comme trace que fumée dans l’air et sur l’eau l’écume ».

Et soudain, en ce bas monde putride de l’enfer, cette fraicheur nouvelle surprend le lecteur. Dante sous l’impulsion de Virgile, passe devant, s’engage avec vigueur et assurance dans cette ascension pour parvenir au sommet de l’arche. Là, il observe, informe le second de cordée de ces décisions. Virgile acquiesce et le suit en confiance.
Cette escalade vient à point parfaire la métaphore. Le poète qui face à la parois fait face et s’engage dans cette difficile ascension, atteindra le somment et fera de cette prise de risque sa grandeur véritable. Le message est clair et résonne du fin fond de cette bolge aux oreilles des hommes. Y seront sensibles ces lanceurs d’alertes et journalistes qui, bravant les risques encourus, agiront en vertu de leur conscience. Ils en seront grandis.

Cette parenthèse refermée, l’enfer revient avec cette septième bolge réservée aux voleurs, spectacle d’épouvante d’une fosse où grouillent des serpents venimeux de toutes espèces. Ici, entre horreur et stupéfaction, les condamnés subissent un supplice particulier, toujours le même, tel le phénix, sous la morsure d’un serpent, ils brûlent, se consument, disparaissent et renaissent à nouveau pour subir, à jamais, le même châtiment. Parmi ces réprouvés, un toscan nommé Vanni Fucci qui non content d’aligner ses méfaits, ricane et prédit un avenir sombre et terrible aux guelfes blancs de Florence.
« Je te le dis pour que douleur t’égare. »
Le mal à l’état pur, en somme.

Hervey, Illustration pour l'Enfer de Dante chant 24
Illustration pour l’Enfer chant 24

Ma perché Malbolge inver’ la porta

del bassissimo pozzo tutta pende,

lo sito di ciascuna valle porta

Che l’una costa surge e l’altra scende;

noi pur venimmo al fine in su la punta

onde l’ultima pietra si scoscende.

Et comme Malebolge est faite ainsi

que vers la bouche du puits tout au fond

elle glisse, pour chaque fosse il s’ensuit

qu’un plus est plus raide, l’autre long;

nous arrivâmes enfin jusqu’au sommet

où fait saillie le tout dernier moellon.

Episode précédant.

Suivre Hervey:

peintre sculpteur graveur

Peintre - sculpteur - graveur

Articles récents de