Devises, que faire avec ?

Classé dans : Déclinaisons | 6

hervey, déclinaisons, gravure numérique, devises que faire avec?

(Gravure numérique tirée à 4 exemplaires sur papier tecco FineArt Rag 295 g/m2)

« Devises, que faire avec ? »

 

 

L’argent, chacun sait à quoi il sert, chacun sait qu’il est utile d’en avoir dans sa poche (papier ou fiduciaire ou électronique) mais peu de gens savent comment fonctionne la monnaie et quel rôle est dévolu aux Etats ou aux banques centrales dans la création et la gestion monétaire.

Ici quatre devises, l’€uro (Europe), le Yuan (Chine), le Yen (Japon), le Dollar (américain).
Description :
L’€uro trône sur un petit nuage, en dessous quelques grandes banques dominent une forteresse (toujours la même) devant laquelle défile une population manifestement mécontente.
Le Yuan en lettre d’or est juché sur la tour carrée, en arrière la multitude chinoise, au premier plan les gains de productivité de ces ateliers du monde.
Au pays du Mont Fuji, le samouraï suit les indications du messager de la BOJ dont la monnaie est le Yen.
Dans la quatrième image c’est une pluie de dollars qui est balancée d’un hélicoptère.

Quelques pistes pour décrypter ce rébus :

  • Le titre « Devises, que faire avec ? » indique qu’il y a un problème, plusieurs même.
  • Avec l’entrée de l’informatique, la monnaie s’est dé-matérialisée et le métier de banquier est passé du stade relationnel au transactionnel, de la personne au global et à « la gouvernance par les nombres ». L’entrée en masse des mathématiques a transformé la banque en casino et les avoirs financiers publics et privés en jeu de Monopoly pour les traders et les banques (Théorie d’Elliott).
  • Depuis les années 1971-73 les accords de Bretton Woods ont volé en éclats, les monnaies ne sont plus adossées à l’or. Sont dites flottantes, mais le dollar domine (Etat US vainqueur de la seconde guerre mondiale) comme devise de référence utilisée dans les échanges internationaux, ce qui lui confère aujourd’hui encore une prééminence « en or », sauf que l’or on en trouve encore en grattant la terre en Afrique ou ailleurs alors que le dollar américain ne pousse qu’en un seul lieu : la FED (Réserve Fédérale des Etats Unis) ou la douzaine de banques affiliée.
  • Un économiste (JM Keynes) avait proposé en 1944 l’élaboration d’une monnaie mondiale : le Bancor, garant d’un ordre monétaire international. Certains pays ont mis (en partie) cette idée en pratique et troquent sans passer par le billet vert.

En guise de conclusion express, ne pas oublier qu’une mauvaise gestion de la monnaie peut priver un pays de ses moyens les plus vitaux et affaiblir très sérieusement la qualité de vie de ses habitants ( la Grèce).
On peut donc être inquiet sur les milliards de dollars, euros, yens mis au pot depuis 2009 (QE) par les principales banques centrales (Etats Unis, Japon, Europe) pour sauver le système bancaire car c’était un véritable pari, pari sur la création de richesses réelles à hauteur de ces sommes, pari donc sur une croissance à venir… arrivera forcément un moment où il faudra abattre son jeu et comme au poker, arrêter de bluffer et assumer ses pertes.
Reporter toujours à plus tard et laisser l’ardoise (la dette) aux jeunes générations est la pire des solutions (à la lâcheté elle ajouterait l’iniquité).

PROBLEME : le temps est plus que compté et la croissance en berne. Personne pour la tirer.
Que représentent donc tous ces milliards ????? Du papier et de l’encre.


Tic tac tic tac… TI-TA-NIC

 

titanic

Gravure disponible en boutique.

6 Responses

  1. marie thérèse Péroz Blaise

    C’est très intéressant, l’économie générale. Cependant sans politique économique, le savoir théorique ne sert à rien.
    Quoi qu’on pense, les gouvernants ,les hommes de pouvoir, ceux qui ont du pouvoir sur nos vies, non seulement ne connaissent que peu les théories économiques, mais surtout ils ne pensent qu’à leur réelection, pas aux peuples qu’ils sont censés guider,mener vers un mieux-être, refrain râbaché et tristement avéré.

    • Hervey

      Des lectures approfondies, ouvrages, journaux, les écoutes, les débats tournés vers l’économie et d’une façon intelligente et magistrale le blog sur l’économie et la finance de Paul Jorion m’ont appris que l’économie n’était pas une science et si elle est présentée comme telle c’est pour mieux abuser les gens et les asservir. A ce jeu tout commence par l’enseignement de la « Théorie économique » qui a su formater les élites et les politiques des quarante dernières années. Le TINA (There is no alternative) qu’il soit proféré par un premier ministre anglais de droite ou français de gauche reste une duperie. L’Economie est essentiellement, fondamentalement politique.
      Les économistes sont à la politique économique ce qu’étaient les médecins à la santé des gens au temps de Molière.

    • Hervey

      Sublime, non. Mais court et argumenté. Dire l’essentiel et être compréhensible par tous.

    • Hervey

      Merci.
      Pour la voie à suivre en matière de finance et d’économie, je ne saurai vous recommander le site et les ouvrages de Paul Jorion.
      Bien que cette gravure ait été faite en 2013, le sujet reste toujours d’actualité comme vous savez.

Les commentaires sont fermés.