Clamecy/Reflets/Vitrines 2

Classé dans : Clamecy/Reflets | 2

 

Clamecy/Reflets/Vitrines 2

 

Clichés d’une petite ville pris dans ses reflets : d’eau, de lumières, de vitrines, ou ce que l’on peut voir de la topographie, de l’Histoire et de la crise actuelle. Portrait en trois dimensions.

 

« Clamecy est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Clamecycois. Clamecy est le lieu de naissance de plusieurs personnalités : un prix Nobel de littérature, Romain Rolland ; un grand navigateur, Alain Colas, et un ministre de l’Économie, Arnaud Montebourg », dixit Wikipédia.

 

 

 

hervey_clamecy-reflets-vitrines-netb-9

 

 

 

« Diagnostiqué déjà par Freud aux lendemains de la crise de 1929, le sentiment de « malaise dans la civilisation » n’est pas nouveau, mais il a retrouvé aujourd’hui une intensité sans précédent depuis la fin de la seconde guerre mondiale. L’analyse juridique ne permet pas d’atteindre les profondeurs explorées par la psychanalyse, mais elle peut cependant contribuer à identifier les mouvements de fond à l’œuvre dans une société donnée et à diagnostiquer les maux qui l’affectent. La vulgate économique rabat ce malaise sur des déficits, des indicateurs et des courbes. Par exemple, des courbes du chômage, dont on attend « l’inversion », confondant ainsi une évolution des faits avec sa représentation géométrique. Des confusions de ce genre illustrent la tendance plus générale de la gouvernance par les nombres à substituer la carte au territoire dans l’organisation et la conduite des affaires publiques et à perdre ainsi pied avec la réalité. Ce congédiement du réel au profit de sa représentation qualifiée conduit à ce que l’économiste américain Paul Krugman a justement appelé un « effondrement intellectuel » des dirigeants de la politique française. Un tel effondrement n’est pas du à une dégénérescence cérébrale, mais à une dégénérescence institutionnelle … »

 

Alain Supiot : La gouvernance par les nombres.

2 Responses

  1. marie-thérèse Péroz-Blaise

    La fascination pour les nombres ,les courbes est arrivée avec le remplacement de la philosophie politique par la théorie économique toute puissante ,donnant l’illusion que les faits humains pouvaient être réductibles à des axiomes, des théorèmes ,enfin tout un jargon pseudo-mathématique ,oubliant que l’économie n’est pas La Mathématique ,mais une science humaine ,au même titre que la sociologie par exemple .
    L’humain ,c’est ce qui fait sa beauté ,ne se met pas en équations .C’est merveilleux .

    • Hervey

      En effet l’économie n’est pas une science, elle est essentiellement politique et c’est le bien-être des gens qui doit être l’alpha et l’oméga de la gouvernance. Le spectacle qui nous est offert lors de cette campagne électorale pour la présidence de la république ne laisse que peu de place pour l’espérance. Dans une époque où se mêlent la très grande complexité des phénomènes, les changements nécessaires, l’aveuglement manifeste, les bouleversements climatiques et les frustrations des perdants, l’avenir n’a rien de radieux. Faut bien le reconnaitre !
      Cette semaine, un autre cliché de vitrine d’un commerce qui a mis la clé sous la porte.

Les commentaires sont fermés.