Déclin-aison

Classé dans : Déclinaisons | 0

déclinaison

 

Crise du capitalisme, déclin de l’Occident, effondrement du système … et plus encore.

Comment entendez-vous cette météo des temps qui viennent ?

En ce qui me concerne, c’est toujours étroitement lié à un tirage en quatre exemplaires, numéroté et signé, sur papier Tecco FineArt Rag 295 g/m2, ainsi qu’à un second livre à paraitre en 2020, toujours dans la série DECLINAISONS suite au livre DECLINAISONS (2007-2013) si… avec des si forcément, car le futur ne nous appartient pas vraiment.
Qui vivra verra.
Mais… pour ce qui concerne ce qui est fait et publié ici sur cette page, derrière les images, il y a bien entendu un contenu qu’il ne faut pas perdre de vue.
Description.
Les quatre images qui composent cette DECLIN_AISON représentent une faillite, un abandon, un gâchis, un gaspillage. On le voit, ce ne sont pas des images du 1/3 monde où sévit la pauvreté, où l’on vit de peu, où l’on récupère vite fait bien fait tout ce qui traine.
Dans ces images c’est plutôt une décharge à ciel ouvert, pas une ville en guerre après un bombardement, non plus, personne ici les armes à la main défendant un territoire mais, des lieux abandonnés.
On a fuit pour d’autres raisons, pour aller s’installer ailleurs forcément mais un peu plus loin et sans faire le ménage, pressé à d’autres taches. Une implosion en quelque chose, qui vient du dedans.
Les Etats Unis (puisqu’il s’agit essentiellement d’images de DETROIT) ont laissé au cours de leur maigre histoire d’autres lieux à l’abandon après en avoir sucé toute les richesses. L’avantage pour eux de disposer de grands espaces sans trop se soucier d’autre chose que des affaires.
Certains ont appris, d’autres pas.
Le cinéma, la littérature, les défenseurs de l’environnement et à présent des chercheurs attirent sérieusement notre attention sur l’importance de tels faits, analysent ces phénomènes tout en nous rappelant que les civilisations sont mortelles. Il suffit de jeter un coup d’oeil en arrière (les cités grecques, les empires romain, incas, portugais, espagnol, austro-hongrois … jusqu’à l’empire soviétique).
Vous aurez compris que la crise automobile de la ville de DETROIT n’est que le modèle réduit d’un spectacle lui, plus global et généralisé, d’un délitement en cascade où tout fini par s’écrouler. Et les raisons du clash qui vient sont nombreuses.
Le mode de vie de chacun peut s’apparenter à un goutte à goutte, tellement nous sommes habitués à boire, manger, dormir, penser, vivre en suivant des voies identiques. En cas de rupture de ces lieux d’approvisionnement (banques, supermarchés, électricité, genre crise grecque) comment réagir ? Que peut-il se passer? Le délabrement de tout le système n’irait-il pas s’accentuant ?
ATTENTION DANGER.
Comment s’y préparer ? Est-il encore temps ? Comment survivre ensuite, dans son tout petit pré carré ?
Voilà quelques questions toutes simples.
Etes-vous interpelés, vous sentez-vous concernés par cette DECLIN-AISON ?


 

« Les systèmes tiennent souvent plus longtemps qu’on ne le pense, mais finissent par s’effondrer plus vite qu’on ne l’imagine » Ken Rogoff (FMI)

Ciné
Collapsologie
Dmitry Orlov

 

 

Gravure disponible en ligne.

 

 

DECLINAISON publiée sur le site de Paul Jorion.

 

Les commentaires sont fermés.