Clamecy Reflets, derniers jours

Classé dans : Clamecy/Reflets, Expositions, Livre d'artiste | 0

Derniers jours, à mi-parcours, pour la présentation du livre « CLAMECY/REFLETS » et ses quinze tirages photographiques.

Ce temple de l’eau édifié en 1831 retrouvera bientôt sa quiétude après avoir accueilli avec bienveillance les différents Reflets photographiques de la ville voisine Clamecy.
Présent chaque jour au Lavoir, j’ai pu noter tout l’intérêt que les aoutiens en balade dans la région et visitant cet espace classé Monument Historique, accordaient à l’eau, denrée qui lorsqu’elle vient à manquer met en péril tout ce qui vit.
La source qui alimente le Lavoir ne s’est, à ma connaissance, jamais tarie.
Je croise les doigts, mais sera-ce suffisant ?
Les conditions climatiques se faisant chaque année plus sèches, l’eau qui vient du ciel, portée par les nuages se formant sur l’Atlantique et se déversant en pluie sur les bois de Druyes, arrosant les plateaux calcaires avoisinants, s’infiltrant dans les sols et cheminant en suivant la plus sûre pente pour ressurgir ici, comme par enchantement au pied du chateau, en font un endroit « béni ».
Rien ne dit que ce cycle millénaire puisse perdurer.
Il se pourrait bien que très prochainement, ce chuchotement continu de l’eau alimentant ce temple, se mue en un silence de cimetière …
Présent tous les après-midis dans l’espace d’exposition je remercie les visiteurs pour leurs attentions et leurs témoignages sur l’originalité du travail présenté et les concordances vues et reconnues avec les lieux.
Toutefois, deux questions souvent posées méritent attention.
Les nouveaux visiteurs demandent où sont « les belles fontaines » de Druyes les belles fontaines. Les deux points d’eau en contrebas à l’entrée du lavoir n’en ont pas le profil, apparemment.
Autre demande de liquidité : où trouver un distributeur de billets.
En effet, pas une seule fontaine à Druyes les Belles Fontaines ni de distributeur de billets dans un lieu qui pourtant, se veut touristique.
Le monde est mal fait.

Tour de l’expo en quarante secondes.

Le hasard veut qu’en distribuant des flyers pour cette exposition, je sois allé fureter dans l’inénarrable librairie qui vend des livres d’occasion à Clamecy en face de la Maison du Tourisme … J’en suis ressorti avec Colline de Jean Giono, pour me tenir compagnie au Lavoir. Bonne idée. Un extrait, ci-dessous.

Gondran est venu sous le chêne, avec tout son attirail : son rasoir, son cuir, son quart de soldat, le blaireau et le miroir.
Il porte tout cela pêle-mêle, serré contre sa poitrine, sauf le quart, qu’il porte délicatement au-devant de lui, entre le pousse et l’index.
Dans le tronc du chêne il y a un trou pour le miroir, un moignon de branche pour la serviette, c’est très commode.
Il commence à se savonner la figure. La mousse de savon est violette. Jaume le regarde.
– Tu te rases avec quoi ?
– Du vin, pardi, ça m’est arrivé un fois, dans le Queyras, pendant les grandes manoeuvres.
– Tu te fais beau ?
– C’est surtout pour me sortir un peu de là-dedans, dit Gondran en montrant sa maison.
Jaume reste un moment à écouter chanter le rasoir sur les joues de Gondran. Il regarde la fontaine. Sous le canon, la mousse est blanche comme une barbe de chèvre.
– Tu ne sais pas à quoi je pense ? Janet nous la trouvera peut-être, la source.

Jean Giono : Colline

Druyes, ton trésor est là.
C’est le marché qui le dit );-))

Suivre Hervey:

peintre sculpteur graveur

Peintre - sculpteur - graveur

Articles récents de

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.