Inferno : Canto 7

Classé dans : Illustration pour l'Enfer | 1

Feuilleton – L’Enfer Chant 7

 

 

Après s’être fait une frayeur avec Pluton, renvoyé aussi sec à sa niche comme un chien par un Virgile furibard qui semble soudainement investi de l’autorité et de la puissance céleste, les deux hommes poursuivent leur route sur la « triste pente » atteignant le quatrième cercle : bienvenu chez les avaricieux et les prodigues, puis le cinquième, les coléreux et les mélancoliques.
La scène s’ouvre sur une danse macabre faite de hurlements où de lugubres individus poussent des rochers dans un sens (on pense à Sisyphe) alors que d’autres, outrés, n’ont de cesse de les pousser et tirer en sens contraire. Dante, interloqué questionne son guide sur la signification de cet étrange ballet moderne.

Virgile décrypte pour nous la métaphore des prodigues et des avaricieux, expliquant à son « fils » le sort de ces clercs qui ont transgressés les règles et la mesure, ayant faillis à leurs missions aveuglés par des conduites personnelles, erronées. Qui avares, qui dispendieux.
Cette diatribe envers l’église de son temps est sans concession. Pour Dante ceux sont des « salauds » (c’est direct); pour Virgile leur sort est sans rémission : « pour toujours ils se cogneront deux fois » (plus poétique).
C’est clair !? Heu… oui et non.
Oui, si l’on veut bien jeter un oeil à notre actualité du moment et entendre le mouvement  devenu spontané des dits « gilets jaunes ». Cette histoire ne repose-t-elle pas sur le fait que nos clercs-décisionnaires se soient montrés fort généreux envers certains et fort pingre envers d’autres ?
… Vrai ou pas ? 

Mais manque de précisions quant aux faits eux-mêmes évoqués par Dante. Pour en savoir plus, il faudra patienter et attendre le dix neuvième épisode.
Mais pour l’heure, dans ce chant 7 de l’Enfer, Virgile vient rappeler et conclure, sans ambiguïté aucune, la hiérarchie des valeurs : Big one spirit, en écho au message du Christ.
Eh ! Oui, l’injustice ! Là-dessus, les Dieux et les hommes sont intraitables, quand ça veut plus, ça casse.
Pas d’actualité Dante ?…

Sans plus s’attarder et longeant les zones marécageuses du Styx, tous deux se dirigent vers la cité de Dité, croisant dans ces eaux boueuses les coléreux embourbés dans leur hire.
Contrastes !

 

 

 

 

Hervey, Illustration pour Dante l'Enfer chant 7
Illustration pour l’Enfer chant 7

 

 

« Venimmo al pié d’una torre al da sezzo. »

 

« Nous parvînmes au pied d’une tour enfin. »*

*Traduction de Danièle Robert (Editions Actes Sud).

 

Episode précédent.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.