L’intelligence artificielle

Classé dans : Déclinaisons | 3

Déclinaison : « De l’Intelligence Artificielle »

 

 

 

 

Hervey, Déclinaison, De l'intelligence artificielle

 

 

 

 

De prime abord, semble-t-il, les pays asiatiques n’ont pas la même défiance que les occidentaux devant la montée de la robotique couplée à l’IA.

Le Japon dispose du plus grand nombre de robots par habitants (après la Corée), tout en étant le pays où le chômage est le plus bas, (autour de 3%).
Surprenant !
Mais c’est aussi le pays qui refuse 99% des demandes d’asiles.
Corrélation : N’y voyez pas une indifférence caractérisée à la misère humain. Non, pas vraiment, car le Japon est aussi le quatrième pays donateur pour le Haut Commissariat aux réfugiés.
Alors ?
Les japonais forment une société cadenassée, refermée sur leur langue, leur culture, leur mode de vie et tiennent à conserver cet îlot de spécificités. Un panel jugé indispensable à la survie de leur société et ses traditions. Une société humaine plus craintive de l’étranger que du deep learning. Les sociétés occidentales semblent plus partagées sur ces questions et manifestent plus ouvertement leurs inquiétudes sur les débouchés ou divers attendus de l’IA.

  1. Avoir un animal de compagnie, un chat, un chien, un perroquet ou un cobra vous oblige à une surveillance quotidienne et de nombreuses obligations… Opter pour une petite mécanique moins vivante mais plus pratique et avec laquelle vous pouvez converser peut s’avérer utile : un petit bon homme nommé Zenbo y répond. Véritable robot domestique il vous tiendra compagnie, sera à vos petits soins, entendra vos doléances et vous consolera de bien des tourments. Plus qu’un animal, c’est une nounou pour les petits, une assistante pour les plus âgés. Vous pouvez en disposer pour la modique somme de 600€.
  2. Le service à la personne peut s’étendre bien au-delà des limites de l’espace privé. Ainsi le JT d’une chaine nationale nipponne (non révélé à cet instant) sera dans quelques jours (avril 2018) présenté par une « journaliste » implémentée d’une IA. Son nom : Erica.
  3. Nous sommes peu de choses. Il est tout à fait possible d’imaginer que dés demain vous serez en contact avec un humanoïdes se prénommant Paul qui vous suivra et vous orientera dans vos parcours à la recherche d’un emploi ou d’une formation. Pourquoi pas ? Ne voit-on pas des banques fermer leurs agences et mettre en place des assistants vocaux. Pas de restrictions à notre petite imagination !
  4. Plus loin encore, imaginons « l’humain augmenté » à la conquête d’autres espaces habitables dans d’autres galaxies puisque notre planète bleue est condamnée. Elevons nous propulsés par les moteurs d’Elan Musk. C’est d’actualité.

Pigmentée rouge la Déclinaison. Rouge de Mars !
Bon voyage !

 

PS : Reste quelques soucis car au pays du soleil levant préexiste aussi la part d’ombre et la possible utilisation de l’IA via ses objets connectés pour d’autres usages assez peu bienveillants, programmés pour des missions à venir à l’image des « taupes » utilisées par les services secrets d’hier, pour infiltrer, espionner et agir à un moment jugé opportun.
L’éventail des bienveillances détournées-contournées-mal ciblées-sabotées serait sans limite.
Chacun peut dresser la carte de ces nouveaux risques à l’aune de ce que nous sert abondamment l’actualité, et là, tout le monde est visé.

 

 

 

Fondation Isaac Asimov, Gallimard folio

 

 

 

 

 

 

 

La Déclinaison « De l’Intelligence Artificielle » est disponible en boutique.

Voir ou revoir :
Déclinaison « Robovolution »
Déclinaison « BankBank ! « 
Déclinaison  » Le travail à l’agonie »

3 Responses

  1. marie-thérèse Péroz-Blaise

    Il est peut-être possible de résister à l’invasion des robots dits intelligents ,en pariant sur une augmentation de l’intelligence des humains .
    Serviteurs manuels et mécaniques ,c’est bien ,substituts d’humains ,c’est triste .La solitude est l’état naturel des humains ,l’illusion d’un compagnon -robot est effrayant .

    • Hervey

      Je crois que l’on a pris un autre chemin depuis longtemps déjà. Nous avons perdu notre capacité de mémoriser au profit des bibliothèques. En relisant Hérodote on est stupéfait de voir à quel point il avait la capacité d’enregistrer simplement les noms des rois, princes et leurs ascendants des nombreux pays qu’il avait visité ou dont on lui avait dit que…
      De plus, depuis que l’on utilise le téléphone puis le smartphone, que l’on regarde la télévision puis l’Internet, on peut dire que l’on a augmenté nos propres capacités avec des « objets connectés » qui vont se développer et se complexifier à grande vitesse très vite.
      Mais tout ceci n’est pas sans poser de problèmes !

  2. Shani

    Hervey, thanks! And thanks for sharing your great posts every week!