Inferno : Canto 9

Classé dans : Illustration pour l'Enfer | 1

Feuilleton : L’Enfer Chant 9

Dante et Virgile sont toujours bloqués devant les portes de la cité de Dis (ou Dité).
Virgile réfléchit et pense tout haut mais ses paroles restent énigmatiques aux oreilles de Dante qui écarquille grand les yeux, essaie de lire sur ces lèvres et déchiffrer ce langage… En vain. Inquiet, il interroge Virgile. Celui-ci poursuit, soliloquant en sourdine de curieux souvenirs…
Il serait déjà passé par là, il y a bien longtemps…
Hein ?…
Dante ne comprend pas.
Nous non plus.
A moins que ce soit une ficelle, je veux dire un truc d’écrivain, un artifice pour faire durer le suspens, une invention quoi… (?)
Finalement : ne t’inquiète pas, dit-il énergiquement, on va s’en sortir, j’ai un plan B…
Ouf !
Mais tout à coup patatrac, alors que l’on se croyait sortis d’affaires,  rassurés, c’est carrément Pearl Harbor. Une escadrille, oui, l’escadrille Mégère-Alecto-Tisiphone fonce sur eux, en piqué du haut des tours.
Ceux sont les Erinyes, les furies qui attaquent et sans sommation.
Nous voici transportés dans l’univers visuel des figures de Jérôme Bosch.
Là, on ne rigole plus.
Les furies sont furax et elles causent… n’ont pas digérées l’histoire de Thésée… (et oui, Virgile-Thésée, mais c’est bien sûr).
Alors là, l’affaire est sérieuse. Les vieilles rancunes c’est terrible…
Virgile, dépassé, pare au plus pressé : vite ! Aux abris ! Surtout ferme les yeux ! hurle-t-il, « Si Gorgone vient, et si tu la vois, tu ne pourras plus là-haut remonter. »
Pauvre Dante, ses jambes vont-elles à nouveau le lâcher ?… C’est alors que la terre se met à trembler… que se passe-t-il ? Non, ça ne peut pas être pire… Serait-ce le fameux plan, le plan B ?…
ET OUI ! Et ça n’a pas trainé. C’est l’archange Saint Michel, l’envoyé spécial, dépêché sur place qui d’un coup de baguette magique réduit à néant toute hostilité.
Ouf ! (deux fois).
Dante peut ouvrir les yeux, juste à temps pour voir et juger des bienfaits de la tornade blanche et boire ses paroles avant que cette force tranquille ne disparaisse, impérieuse, dans le brouillard et le silence revenu.
Ouf ! (trois fois).
Désormais la voie est libre. Dante et Virgile pénètrent dans la ville détruite où se consument les hérésiarques de toutes obédiences.
Pfff ! Dantesque.

Hervey, Illustration pour l'Enfer Dante Chant 9
Illustration pour l’Enfer Chant 9

E quei, che ben conobbe le meschine
de la regina de l’etterno pianto, 
« Guarda », mi disse, « le feroci Erine.

Quest’ é Megera dal sinistro canto;
quelle che piange dal destro é Alerto;
Tesifon é nel messo »; e tacque a tanto.

Et lui, qui reconnut les chambrières
de la reine des pleurs qui sans fin errent,
dit : « Voici les Erinyes sanguinaires :

celle qui se tient à gauche est Mégère,
Alecto à droite est en train de pleurer;
au milieu Tisiphone. » Et il dut se taire.*

*Traduction de Danièle Robert (Editions Actes Sud).

Episode précédent.

Suivre Hervey:

peintre sculpteur graveur

Peintre - sculpteur - graveur

Articles récents de